+336 59 14 96 05 contact@ekkla.fr

Dans le but de faire un grand test en situation réelle de suivi d’événements et de me faire la main avec mon nouvel objectif photo, j’étais sur le célèbre triathlon longue distance d’Embrun. C’est à la maison, ça tombe bien!

Pour être sûr de ne rien rater, je gare mon camion sur le parking du plan d’eau à minuit. Après un petit repérage, je constate avec effroi que tout le parc coureurs et les abords de la ligne d’arrivée sont grillagés à 2.5m… L’année prochaine, il me faudra un pass! Je m’installe pour un petit som’, le parc coureurs ouvrant à 4h. A 4h pétante, c’est déjà l’effervescence! Un petit café, un autre, dernières vérifications du matos et c’est parti!

Je commence par tourner autour du parc coureurs mais ce satané grillage me donne du fil à retordre (elle est bonne!). Il fait nuit noire, je commence donc avec mon 40mm / F2.8 mais je sens mon nouveau téléobjectif qui frétille déjà dans le sac.

Bientôt le départ, je file en direction du ponton rond. Obligé de contourner toutes les barricades, c’est noir de monde sur la plage, il va falloir la jouer fine! Je décide donc de prendre les devants et installe mon trépied dans l’eau, tant pis pour les baskets et le rhume. Je continue au 40mm pour l’ambiance mais ni tenant plus, je sors l’engin (70-200mm F4 L) et j’ai bien fait! Même si la lumière est encore faible, je commence par des pauses longues pour des effets de flou puis raccourcis avec le lever du soleil pour tirer quelques portraits des nageurs qui passent à quelques mètres du ponton. Je me régale!

Je me rapproche un moment de la sortie de l’eau mais les premiers cyclistes sont déjà à l’approche de Savines. Il est temps de bouger au rond point des Orres.

Les premiers rayons du soleil sont les bienvenus. Je me cale vers la station essence à main levée et c’est l’échec. Lorsque Todd Skipworth, en tête, déboule, il est tellement entouré de motards et de voitures d’officiels qu’il est quasi invisible. Ce sera un peu mieux pour la suite mais sur ce grand plat descendant, ça va vite! Je décide de retenter ma chance à St Clément.

A bloc au rond point des Orres
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • Gmail

A bloc au rond point des Orres

Sur place, le froid est vif à l’ombre! Pas très arrangeant mais je décide de faire avec car c’est un ravito donc sûrement quelques images à faire. Le trio de tête passe en trombe et ne touche à rien. Plus on recule dans le classement, plus les coureurs prennent du temps et ça m’arrange. Je tente de sortir le fisheye pour shooter à bout de bras comme j’en avais l’habitude. Les coureurs jouent vite le jeu mais avec ce peu de lumière, il y a du flou à tous les étages! (mon nouveau télé me sauve la journée, deuxième!)

J’hésite à tirer jusqu’à l’Izoard mais j’ai peur d’être pris de vitesse pour Chalvet et ma carte mémoire est déjà pleine. Mes parents habitant justement sur la cote de Chalvet, j’opte pour un petit passage et publie mes premiers clichés. Les avions de chasse approchent déjà d’Embrun, il est temps de repartir en haut de la montée de Chalvet, le dernier raidard du circuit vélo.

Les filles en finissent avec Chalvet
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • Gmail

Les filles en finissent avec Chalvet

Les premiers coureurs finissent le premier tour du marathon, je redescends donc full speed au plan d’eau avec des coureurs aux basques dans les lacets des vignes. Je retrouve par miracle une place au parking de la piscine et repars à l’assaut de la zone d’arrivée. Impossible de voir quoi que ce soit de la ligne et après un regard noir aux deux photographes qui attendent tranquillement de l’autre coté des grilles, je me place au dernier virage non sans jouer des coudes.

Je prends presque tous les coureurs qui passent et surtout les 2 trios gagnants, masculin et féminin. Je pars ensuite sur le parcours du Marathon en direction d’Embrun pour un complément.

A 18h, les derniers cyclistes arrivent mais je n’ai pas le courage de les suivre sur le marathon: j’ai encore une grosse session de traitement qui m’attend à la maison! Je fais donc une croix sur la photo du coureur en perdition dans la grand rue d’Embrun à 22h que j’avais en tête.

Pour conclure, une belle journée sur cet événement majeur de l’été dans les Hautes-Alpes où j’ai pris beaucoup de plaisir dans cette ambiance toujours incroyable. Niveau photo, c’est la natation qui m’a le plus permis de m’exprimer, la vitesse sur le vélo et le monde au marathon m’ont compliqué la tâche mais c’est comme ça qu’on progresse non?

Vous pouvez voir la galerie complète sur Flickr ou juste ci-dessous!

Pin It on Pinterest

Share This